"Love on the left bank".."une histoire d'amour à Saint-Germain-des-Prés"

....

« Une histoire d’amour à
Saint-Germain-des-Prés »

Looking for Love on The Left Bank

..

« Une histoire d’amour à
Saint-Germain-des-Prés » 


une chronique avant-gardiste de la bohème parisienne

....

 

....

Looking for Love on The Left Bank, the series shown by Galerie Folia, eloquently incarnates both the expressive, film-like qualities of van der Elsken’s work and his many sources of inspiration: bodily poetry, jazz, the local artists’ dissolute lifestyle, Parisian youth’s avant-gardism and more… Published in 1956 as a fotonovela, this semi-fictional love story met with instantaneous acclaim.  

With their powerfully cinematic character, his images reveal an oeuvre of raw, sensual beauty that becomes one with its subjects. Van der Elsken displayed a remarkable skill for storytelling, for creating theatrical situations in a directorial manner.

..

À Paris, au début des années 50, Ed van der Elsken se mêle à la vie de la bohême parisienne ; artistes, poètes, jeunes gens épris de liberté et de changement. Il fréquente avec eux les cafés, les clubs de jazz saturés d’alcool et de cigarettes. Ses images au grain épais, à la noirceur profonde, viennent tisser une chronique de l'ennui et de la frénésie qui habitent les jeunes parisiens de l’après-guerre.

Une femme d'une beauté vénéneuse, aux yeux de faon, habite les images de façon obsessionnelle et lancinante. Dans un incessant mouvement de flux-reflux, elle semble à la fois le point d'ancrage et de convergence des images où transpirent le désir et le mystère.

Quand van der Elsken rencontre Edward Steichen (alors conservateur du MOMA de New York) en 1953, la série n'a pas encore une forme aboutie. Celui-ci lui suggère d'en faire un livre. Ce livre, qui deviendra mythique, sera "Love on the Left Bank" (1956 ; titre originale de la première édition), qu'il construira comme un récit fictionnel et quasi-cinématographique, un roman-photo dont il écrit le texte, relatant les amours contrariées d'un jeune homme nommé Manuel (le narrateur) pour l’énigmatique Ann.

 

L'ouvrage demeure aujourd'hui une œuvre majeure de l'histoire de la photographie. À l'instar de Robert Frank (avec Les Américains en 1958) ou de William Klein (avec New York en 1956) sur le continent américain, Ed van der Elsken (comme son compatriote Johan van der Keuken avec Wij zijn 17 en 1955), bouleverse, en Europe, les perspectives de la photographie documentaire humaniste de ses contemporains en orientant son travail dans une démarche qui interroge le processus photographique comme l'expérience existentielle qu'il engage.

Sur le mode d'une écriture photographique personnelle et intuitive qui semble presque automatique, leurs images, spontanées, informelles et abruptes, viennent rompre avec le principe de « l'instant décisif ».
La série Love on the Left Bank est remarquablement novatrice par sa conception, car elle mêle tout à la fois le reportage par l'accumulation des instantanés pris sur le vif et l'œuvre de création par la mise en place d'une structure narrative et l'expression subjective de l'auteur.

Par les cadrages très serrés des portraits, les jeux de miroirs et de doubles, l'éclairage artificiel et l'atmosphère enfumée, la densité du noir et la nervosité des instantanés, la plasticité des images entre en parfaite cohérence avec la captation d'un climat fébrile et languide et l'esprit d'avant-garde de cette jeunesse du Paris d'après-guerre.

 

« Looking for Love on the Left Bank » 
la reconstitution de l’histoire…

 

Ed van der Elsken arrive à Paris en 1950. Il y rencontre ses « âmes sœurs » dans un groupe de bohémiens de Saint-Germain-des-Prés.  Ed van der Elsken photographie chacun des mouvements de ces personnages, en particulier ceux de la belle Vali Myers, à la manière d’un journal intime.

Cette histoire photographique mêlant fiction et réalité, deviendra l’un des premiers exemples de roman photo. Dans son ouvrage consacré aux livres de photographie publié en 2015, Martin Parr en dira lui-même : « Cet ouvrage qui contribue à renouveler avec brio le genre du beeldroman, le roman-photo néerlandais, et où il pratique le stream of consciousness avec un talent égal à celui de William Klein. »

Dans la continuité d’une collection de livres mythiques revisités*, The Eyes Publishing reconstitue dans "Looking for Love on the Left Bank" le processus de fabrication de ce livre à partir de documents inédits – planches contacts, dummies, tirages couleur, plans de Paris annotés –.
Le nouveau livre révèle non seulement l’état d’esprit nihiliste de la jeunesse baignée dans un climat existentialiste d’après-guerre, mais aussi le caractère cinématographique de la mise en page. De tous ces documents ont été tirés une fiction se superposant au récit initial. Ce récit visuel est accompagné d’un texte de Tamara Berghmans, conservatrice au FoMu d’Anvers et auteur d’un mémoire sur l’ouvrage.

L’ouvrage "Looking For Love on the Left Bank" sera présenté lors de l’exposition et fera l’objet d’une installation du 16 juin au 16 Septembre 2017

....

 

FR
ENG
FR
mail_outline